Ligue 1, 7ème journée : Présentation Monaco - Saint-Étienne
Ligue 1
(21/09/2021)

Pour la 7ème journée de Ligue 1, l'AS Monaco (14e) reçoit l'AS Saint-Étienne (19e).

Avec une seule victoire au compteur en 6 rencontres, si l'AS Monaco veut enfin remonter au classement, il faut enchaîner trois victoires lors des 3 prochains matches de Ligue 1 face aux "Verts", chez le promu Clermont, et avec la réception de Bordeaux.

Saint-Étienne fait parti des 3 équipes qui n'ont pas encore connu la victoire (avec Brest et Metz) avec, à l'extérieur, un nul à Lens (2-2, J02) et deux défaites à Marseille (3-1, J04) et Montpellier (2-0, J05).
Dimanche, les stéphanois ont été battus dans le "Chaudron" par Bordeaux (1-2).

Mais les monégasques, à domicile, sont passés de meilleure équipe de L1 la saison passée, à la pire avec Troyes et Bordeaux (1 point pris en 3 réceptions) avec le nul contre Nantes (1-1) et les défaites face à Lens (0-2) et Marseille (0-2).

Pour espèrer la victoire, les hommes de Niko Kovac peuvent se rassurer avec la série de deux matches sans défaite (victoire contre Sturm Graz et nul à Nice), et aussi s'appuyer sur les statistiques des confrontations entre les deux équipes où l'ASM en championnat, compte en 52 rencontres, 22 victoires, 16 nuls et 14 défaites (73 buts marqués et 61 encaissés).

Sur les dernières saisons, le bilan est aussi en faveur de l'ASM, avec 3 victoires entre 2015-16 et 2017-18 (1-0, 2-0 et 1-0), une défaite (2-3) en 2018-19 et un nul (2-2) la saison passée (match annulé en 2019-20).

Avec ces matches tous les trois jours, Niko Kovac doit aussi gérer son effectif et le temps de jeu, pour garder tout le monde concerné.

Nous avons joué quatre matches de plus que les autres équipes, avec en plus les rencontres disputées par nos internationaux. Nous devons effectuer quelques rotations car le rythme est élevé, pour protéger les joueurs et maintenir la qualité de notre jeu. Nous avons un très bon effectif donc nous pouvons effectuer ces changements.

L’état physique des joueurs ? L’aspect physique est très important car si vous ne courez pas, vous ne pouvez pas jouer au football et toutes les équipes sont bien préparées. Notre équipe est également très bien préparée, au top physiquement, c’est même sans doute l’équipe la mieux préparée que j’ai eue dans ma carrière. Notre staff fait un superbe travail. Contre Nice, nous avons été capables de jouer à haute intensité.

Aleksandr Golovin ? Pour nous, « Golo » est une garantie, il est très important dans notre jeu. Nous devons veiller à ce qu’il soit en forme. Je suis très content de lui, c’est un garçon très intelligent, un peu introverti et qui ne se prend pas pour une star. Lorsque je suis arrivé, je lui ai dit qu’avec sa qualité, il devait marquer et donner plus de passes décisives. Je le pousse à être mieux placé, davantage présent dans la surface adverse pour marquer, comme contre Nice. Pour moi, un joueur comme lui doit marquer 10 buts et faire 10 passes décisives dans la saison. Ce n’est pas lui mettre de la pression que de dire ça, j’estime tout simplement qu’il a les qualités pour le faire. S’il réussit, il va aider l’équipe et le club.

Saint-Étienne ? La saison dernière, le premier match à domicile fut un peu difficile car nous avons été réduits à dix rapidement mais nous avons montré du caractère pour arracher le match nul (2-2). Lors du retour, nous avons joué de manière fantastique (4-0). En ce moment c’est un peu difficile d’analyser Saint-Étienne car ils ont pas mal changé de système. Nous allons jouer avec notre style, avec agressivité. En Ligue 1, tous les matches sont difficiles. Je m’attends à une équipe de Saint-Étienne très bien organisée et qui défendra bien.

Des motifs d’espoir ? Je regarde tous les matches plusieurs fois et par expérience, je sais que le football se joue sur de petits détails. Et en ce moment, ces petits détails ne tournent pas en notre faveur. Mais en football comme dans la vie, tout change très vite. En ce moment je suis heureux car mes joueurs se battent. Pour l’instant, nous ne pouvons pas jouer comme l’année dernière, nous ne sommes pas autant en réussite, nous dépensons plus d’énergie, mais j’aime la façon dont mes joueurs travaillent dur. Cela me rend positif car si vous travaillez dur, vous êtes récompensés. C’est simplement une question de temps.

L’intégration des recrues ? L’AS Monaco est un club très connu, les attentes sont élevées, mais nous avons recruté de jeunes joueurs. Ils doivent apprendre, ils ont besoin de temps. En football, on n’a pas toujours le temps, mais c’est la direction dans laquelle le club veut aller, c’est notre projet. Ces jeunes talents ont besoin de temps. Nous sommes contents d’eux, mais nous savons qu’ils ont besoin de temps.

Niko Kovac - Site officiel AS Monaco
Buteur pour la première fois en L1 cette saison à Nice, pour son 100ème match de L1, Aleksandr Golovin devra encore être performant face à l'ASSE pour que l'ASM l'emporte.

100 matches avec Monaco ? Évidemment j’aurais préféré que l’on gagne ce Derby face à Nice, car on connaît l’importance de ce match pour le Club et les supporters. Néanmoins, je suis content d’avoir marqué, et d’avoir atteint cette barre des 100 matches avec l’AS Monaco, car je l’avais déjà atteint avec le CSKA Moscou, donc je suis fier d’avoir accompli cela sous le maillot Rouge et Blanc.

L’évolution de mon jeu ? Avant, lors de ma dernière saison au CSKA et ma première saison à Monaco, je pensais qu’il fallait que je joue davantage au milieu de terrain, dans le cœur du jeu, à la création. Peut-être que je m’épuisais un peu trop parfois à courir dans ce rôle. Je ressens que mon jeu a changé depuis la saison dernière. Aujourd’hui je dois être plus souvent dans la zone de vérité, plus proche de la surface adverse pour être davantage décisif car je dois marquer davantage et faire encore plus de passes décisives.

Ma quatrième saison à l’AS Monaco ? Je pense que j’ai un rôle à jouer pour pousser les jeunes joueurs, puisque je fais partie des plus anciens en effet (joueur le plus capé derrière Djibril Sidibé, ndlr). Je sens cette responsabilité. J’essaye moi aussi de donner le plus possible, jouer à 100% tous les matches, pour servir d’exemple.

Mon rôle auprès des jeunes ? Quand j’étais jeune joueur, moi aussi j’avais besoin de plus de temps pour comprendre les choses, pour enregistrer les consignes du coach. Niko Kovac est plutôt patient et leur donne du temps pour qu’ils s’expriment. Je pense que je dois être davantage au soutien des jeunes joueurs, sur et en dehors du terrain, et que je peux encore m’affirmer davantage. Être un leader, un exemple, c’est ce à quoi j’aspire.

Les performances actuelles de l’équipe ? Je pense que nous devons être focalisés sur notre jeu. Notre entame de saison n’est pas suffisante, c’est certain. Nous savons que nous devons être meilleurs de la première à la dernière minute. Mais on revient mieux match après match, et je suis assez confiant pour la suite.

Une icône en Russie ? Ce n’est pas de la pression que je ressens de la part de mes compatriotes, mais je dirais qu’il y a beaucoup d’attentes. Je prends cela comme du soutien, car je sais que beaucoup de Russes regardent mes matches et suivent les performances de l’AS Monaco à la télévision.

Mon inspiration quand j'étais jeune ? J’espère devenir un joueur important dans l’histoire de mon pays, dans la lignée des grands joueurs qui ont marqué de leur emprunte leur passage. Quand j’étais jeune, j’aimais beaucoup Andreï Arshavin. C’est vrai que c’était un joueur très agressif, qui essayait toujours de frapper et d’être en bonne position. Je m’inspirais beaucoup de lui.

Aleksandr Golovin - Site officiel AS Monaco
Pour ce match, Niko Kovac devra faire sans Guillermo Maripán, sorti blessé contre Nice et absent du groupe de 20 joueurs.
Mannone, Jakobs, Matsima et Isidor sont écartés, Cesc Fabregas est de retour.

À Saint-Étienne, Claude Puel doit remobiliser ses joueurs, après la défaite subie à domicile contre Bordeaux (1-2).

Quand on sort d’un match comme ça, il y a de la frustration par rapport au résultat mais une analyse objective permet de voir ce qui était bien et ce qu’on doit améliorer. Quand le terrain était jouable, on a eu de la qualité, de nombreuses situations. On a pris le dessus sur le rythme mais il faut bonifier nos temps forts. On sait qu’on est en dette dans ce domaine. Pourtant, on arrive à bouger nos adversaires quels qu’ils soient. Il faut qu’on aille au bout des choses maintenant.

Comment mieux concrétiser les temps forts ? Il faut un mélange de confiance et d’agressivité devant le but. Le fait de mettre l’adversaire en défaut, c’est bien mais ça ne suffit pas à prendre trois points. Globalement, il faut être efficace dans les deux zones. Que ce soit à Montpellier ou face à Bordeaux, on encaisse un but sur la première opportunité adverse. Ça n’est pas possible. Les joueurs, le staff, on a tous envie de mieux faire.

Si l'attaquant Ignacio Ramirez peut débloquer cette situation ? Ce n’est pas une réponse individuelle qu’on attend, la solution sera forcément collective. Ignacio a pu faire ses débuts, voir l’intensité et la densité physique d’un match de Ligue 1. C’est un joueur qui force l’adversaire à s’occuper de lui ce qui permet aux autres de s’exprimer. Il doit passer un palier physique mais il va nous apporter. Il faudra bien le servir pour qu’il ait des situations.

La clé pour garder la confiance ? C’est toujours très difficile de perdre un match, ça fait mal d’abandonner des points. Quand on est en dette de résultats, joueurs comme staff se réfugient dans le travail car l’essence même du sport, c’est de se remettre en question, de relever la tête et de se projeter pour avancer. On a de beaux matches en perspective. On a envie de les jouer. Chaque match est différent et a sa vérité. Le calendrier nous permet d’enchaîner assez vite. Ça fait du bien, ça évite de cogiter. On doit regarder vers l’avant.

L'AS Monaco ? Monaco est une équipe habile avec beaucoup de joueurs de ballon, capables de jouer sous la pression adverse. C’est l’une de ses particularités. On travaille pour avoir des réponses face à ces équipes aussi. Ils ont beaucoup de bons joueurs et de possibilités pour faire tourner et être capable d’enchaîner. Leur début de championnat a été difficile, avec les tours de Ligue des Champions, mais ils sont en train de trouver leur rythme de croisière.

Claude Puel - Site officiel AS Saint-Étienne
Le coach des "Verts" peut compter sur l'ensemble de son effectif, hormis Maçon et Moueffek (blessés).
Puel a convoqué un groupe élargi à 23 joueurs.

Présentation des équipes

Les faces à faces entre Monaco et Saint-Étienne

Le classement :

14ème avec 5 points 19ème avec 3 points

La forme du moment (5 derniers matches) :

1 victoire, 1 nul et 3 défaites.
4 buts marqués et 8 buts encaissés.
0 victoire, 2 nuls et 3 défaites.
5 buts marqués et 10 buts encaissés.

Les absents :

Isidor (choix), Jakobs (choix), Mannone (choix), Marcelin (blessé), Maripán (blessé), Matsima (choix). Diousse (choix), Maçon (blessé), Moueffek (blessé), Rivera (choix).

Les groupes retenus :

Majecki, Nübel, Aguilar, Badiashile, Caio, Disasi, Pavlovic, Sidibé, Diatta, Diop, Fabregas, Fofana, Golovin, Lucas, Matazo, Tchouaméni, Ben Yedder, Boadu, Martins, Volland. Bajic, Fall, Green, Moukoudi, Sow, Kolodziejczak, Gabriel Silva, Trauco, Nadé, Nokoue, Gourna, Boudebouz, Camara, Aouchiche, Neyou, Youssouf, Ramirez, Khazri, Krasso, Nordin, Bouanga, Hamouma, Saban.
Partager sur :