Ligue 1, 26ème journée : Présentation Troyes - Monaco
Ligue 1
(04/03/2023)

Pour la 26ème journée de Ligue 1, l'AS Monaco (3ème) se rend chez l'ES Troyes AC (19e).

Après deux défaites consécutives à domicile face au Bayer Leverkusen (2-3) et contre Nice (0-3), les monégasques se doivent de retrouver le chemin de la victoire chez un promu, qui joue sa survie en Ligue 1.

19ème avec 19 points et seulement 2 de retard sur le premier non relégable, Troyes est quasiment le négatif de l'ASM : 4 victoires, 7 nuls et 14 défaites pour l'ESTAC, 15 victoires, 5 nuls et 5 défaites pour l'ASM.
Les troyens ont inscrit 34 buts, pour 55 encaissés (la plus mauvaise défense de L1). Les monégasques ont la deuxième attaque avec 53 buts inscrits, et ont encaissé 34 buts.

Depuis le début des matches retour, Troyes est la dernière équipe avec seulement 1 point au compteur en 6 matches (1 nul et 5 défaites, 4 buts marqués et 15 encaissés).
Monaco est la 4ème formation avec 4 victoires, 1 nul et 1 défaite (11 buts pour, 8 contre).

Cette saison en 12 matches au stade de l'Aube, les troyens n'ont pris que 10 points avec une seule victoire, 7 nuls et 4 défaites successivement face à Toulouse (0-3, J02), Angers (3-1, J04), Rennes (1-1, J06), Reims (2-2, J09), Ajaccio (1-1, J11), Lorient (2-2, J12), Auxerre (1-1, J14), Nantes (0-0, J16), Marseille (0-2, J18), Lens (1-1, J20), Lyon (1-3, J22), Montpellier (0-1, J24).
Hors de ses bases, l'ASM réussit bien avec 27 points pris en 12 déplacements (8 victoires, 3 nuls et 1 défaite, 24 buts pour, 12 contre).

Même l'historique entre les deux clubs est nettement en faveur de l'ASM dans les matches de championnat (L1 & L2) dans l'Aube, avec 12 victoires monégasques, 4 nuls et 6 défaites (36 buts marqués et 26 encaissés).
Depuis la dernière défaite (3-0 en 2001-02), Monaco est sur une série de 2 nuls et 5 victoires, dont les deux dernières confrontations (0-3 en 2017-18 et 1-2 en 2021-22).

Si tous les feux semblent au vert, il ne faudra pas oublier que Troyes est venu l'emporter en début de saison en Principauté (2-4 à la 5ème journée) dans un match marqué par un arbitrage fantasque envers Maripán (un pénalty, une expulsion).

Après les deux défaites, Philippe Clement et ses joueurs doivent retrouver le chemin de la victoire, après une semaine d'entraînement pour retrouver du souffle et des jamnbes.

Les moyens de rebondir à Troyes ? Il faut simplement jouer comme on l’a fait ces derniers mois. Nice était pour moi de trop car nous avons manqué de fraîcheur mentale après une grande série de matches et de voyages avec Leverkusen à deux reprises, Brest et enfin le Derby où nous avons encaissé deux buts rapidement. Mais une semaine, c’est assez pour récupérer et nous sommes prêts.

La semaine d’entraînement ? Au lendemain du match de Nice, nous avons effectué une séance de récupération et j’ai parlé avec les joueurs qui n’avaient pas joué. Ils ont eu ensuite un jour afin de régénérer les corps et les têtes avant d’avoir des entraînements à un rythme normal. Avoir une rencontre par semaine est différent que de jouer après une série de plusieurs matches sur quatre à cinq semaines. Dans ce cas-là, tu dors très peu et l’organisme a par conséquent besoin de plus récupérer.

L’ESTAC, la plus mauvaise équipe en 2023 ? J’ai beaucoup de respect pour toutes les équipes du championnat de France, et on voit qu’il y a des surprises chaque week-end. Elles se battent en effet pour rester en Ligue 1 et jouent de manière très organisée avec des joueurs qui peuvent faire la différence individuellement. Pour s’imposer, il faudra casser le mur et défendre mieux que face à Nice. Mais avec plus de fraîcheur, je suis certain qu’on le fera.

Les soucis en transition observés contre Nice ? Nous avons manqué de lucidité lors de cette rencontre. Quand tu as les jambes lourdes, mentalement, tu es aussi plus fatigué. Pendant ce week-end, Barcelone a aussi perdu contre Almeria, cela peut donc arriver partout. Il y a chaque année de plus en plus de matches, c’est difficile d’être à 100% à chaque fois, d’autant qu’avec les blessures en défense, c’était compliqué d’effectuer une rotation. Aujourd’hui, nous sommes prêts pour le match de Troyes afin de prouver autre chose.

La saison d’Aleksandr Golovin ? Je ne peux pas dire grand chose du passé de Golo. Mais de ce que le staff et lui m’ont dit, ils voient une grande différence et je le ressens au niveau des statistiques. À mon arrivée, nous faisions des réunions avec le staff de performance et lui, il était difficile de réguler son temps de jeu. On pouvait dire que c’était un homme de cristal à qui l’on devait gérer chaque exercice. À présent, il est toujours le premier à l’entraînement, et le dernier à repartir. Il a beaucoup changé en prenant ses responsabilités et grâce à ça, il joue plus et est plus performant sur le terrain. Avec ce qu’il montre sur et en dehors des pelouses, il mérite son nouveau contrat.

Il y a toujours des domaines dans lesquels Golo peut progresser comme les statistiques. Il fait en revanche très bien son travail défensif, à l’image de Krépin de l’autre côté. Mais je suis certain qu’avec encore plus de confiance, il peut encore grandir et être plus décisif au niveau des buts et des passes. Quand il réussira à marquer 10 buts et 10 passes décisives, il devra avoir l’ambition d’être à 15 car c’est important d’être ambitieux. Cela fonctionne comme ça quand tu es un grand joueur. Je ne pense pas que Ronaldo était content quand il mettait 20 buts car il en visait 25.

La lutte pour le podium ? Je vois beaucoup de concurrents car beaucoup de bonnes équipes sont présentes dans ce championnat. Je pense notamment à Lens et Marseille qui sont concentrés uniquement sur la Ligue 1. Lille est une formation avec de la qualité comme Nice et Lyon. Mais à la fin, ce sont les équipes les plus régulières qui seront sur le podium. C’est à nous de répondre présent tout le temps ou presque, même s’il peut avoir des erreurs de temps à autre.

Les fondamentaux pour être régulier ? Cela se joue beaucoup sur des détails que l’on répète chaque jour. Il faut que l’on soit au top physiquement et tactiquement avec chaque joueur qui comprend ce que l’on veut mettre en place. Il faut aussi travailler techniquement et répéter les principaux fondamentaux. Par exemple, si un attaquant ne frappe pas à l’entraînement, il sera compliqué pour lui de marquer en match.
Enfin mentalement où cela peut être difficile pour certains parce qu’il n’y a que 11 places pour 28 joueurs. C’est là que tout le monde doit comprendre son rôle afin d’avoir une bonne dynamique à l’entraînement. C’est à mon staff et moi de pousser les bons boutons chaque jour et pour tous les joueurs afin de grandir comme une équipe.

La défense à trois lors du Derby ? En début de saison, nous avons créé une stabilité avec une défense à 3. Face à Nice, je savais que Chrislain ne pouvait pas jouer 90 minutes comme latéral droit offensif. Et de son côté, Edan n’avait qu’un seul match dans une position qui n’est pas naturelle pour lui.
C’est à cause de ça que j’ai mis une défense à 3 mais cela manquait d’automatismes car il ne se sont pas s’entraînés longtemps ensemble et c’est de même pour nos joueurs offensifs. En deuxième mi-temps, il y a eu les mêmes difficultés alors qu’on était pourtant à 4. C’est juste qu’ils ont été plus efficaces en première période. À présent, nous aurons chaque semaine pour travailler davantage les choses.

Philippe Clement - Site officiel AS Monaco
Aleksandr Golovin, qui a prolongé son contrat dans la semaine, effectue sa meilleure saison avec l'ASM depuis sont arrivée à l'été 2018.

Je pense effectivement que c’est ma meilleure saison depuis que je suis arrivé en Principauté, car tout va bien pour moi pour le moment. Il faut dire que le staff et mes coéquipiers font un super job, ce qui me permet d’être dans les meilleures conditions pour performer. Et quand toutes les conditions sont réunies autour, c’est évidemment plus facile d’enchaîner les bonnes prestations. Donc oui, il s’agit bien de ma meilleure saison pour l’instant.

La préparation physique ? Je me sens beaucoup mieux effectivement. Nous avons eu une discussion avec le coach Philippe Clement et James Bunce, le Directeur de la performance, à la fin de la saison dernière. C’était un échange franc sur comment je devais travailler physiquement et techniquement pour me sentir à 100%.
C’était peut-être un tournant avec le recul. On a commencé à travailler là-dessus au début de la préparation de cette saison. J’ai bossé très dur au quotidien, plus qu’avant, et ça m’a permis d’avoir plus de puissance, plus d’énergie pour pouvoir enchaîner les matches et apporter davantage à l’équipe.

Ma relation avec Caio Henrique ? D’abord c’est vrai que nous jouons depuis longtemps avec Caio maintenant. C’est donc très facile pour moi de comprendre ce qu’il va faire, d’autant que techniquement il est très à l’aise, c’est un vrai latéral brésilien. Il est porté vers l’attaque, et je sais qu’il va continuer le mouvement quand il me donne le ballon.

Quand il est dans mon dos et que je ne le vois pas, je sais en revanche où il va être dans la continuité de l’action. On a cette alchimie qui fait que j’ai l’impression d’avoir joué toute ma carrière avec lui. Il y a aussi un milieu de terrain au CSKA Moscou avec qui j’avais une très bonne relation, mais c’est évident que c’est l’un des joueurs avec qui j’ai eu la meilleure connexion ces dernières années.

Ma prolongation avec l’AS Monaco ? Cinq ans après ma signature, je ne regrette absolument pas mon choix avec le recul. Ce n’était pas facile à l’époque de prendre la décision, car je n’avais que 20 ans et il y avait d’autres sollicitations. Mais ma famille, mes amis et le sélectionneur de l’époque m’avaient aidé à faire le bon choix. Et aujourd’hui je ne peux que dire MERCI de l’avoir fait. Je suis reconnaissant de ces cinq années formidables passées à Monaco.

C’était donc très facile pour moi de prolonger l’aventure ici, car je suis juste très content, heureux et épanoui dans ce club. Je voulais vraiment poursuivre mon histoire avec l’AS Monaco. J’ai plus d’expérience désormais, et je suis maintenant un joueur qui pense davantage à comment aider l’équipe à remporter les trois points plutôt qu’à mon propre cas. Je pense davantage au collectif que de manière individuelle.

Mon oeil sur Eliesse Ben Seghir ? Quand il est venu s’entraîner pour la première fois avec le groupe, on a tout de suite compris pourquoi il était là, et on savait qu’il allait rester. Il n’a que 18 ans aujourd’hui, et c’est certain qu’il a un gros potentiel. C’est rare d’avoir autant de talent à son âge ! Il est également très facile à comprendre au niveau de son jeu.

Eliesse a en tout cas les qualités et la créativité pour devenir un grand joueur, il n’y a qu’à voir à quel point il peut décider du sort d’un match. Peu de joueurs en sont capables. Désormais il faut juste qu’il continue à apprendre et à progresser.

L’élimination et la défaite dans le Derby ? Pour moi c’est la même déception d’avoir vécu une élimination et une défaite dans le Derby. Pour le staff comme pour les joueurs, nous avons juste envie de rebondir et sommes concentrés sur le prochain match à Troyes. Ce sont deux défaites douloureuses avec le recul. Mais cela fait partie du football, il faut passer à autre chose rapidement. Nous n’avons pas été bons tout simplement, mais il faut prendre les trois points dimanche désormais.

Mon efficacité ? Comme je l’ai expliqué précédemment, j’ai travaillé plus et mieux dès le début de cette saison pour être à 100% de mes possibilités et créer plus d’opportunités devant le but. Cela m’a permis d’avoir plus de coffre, de prendre davantage ma chance de l’extérieur de la surface et de me retrouver même plus souvent dans les 16 mètres. Et puis il faut dire aussi que nous jouons de manière plus offensive maintenant, donc ça m’aide à être plus décisif.

Mon rôle dans le vestiaire ? Je suis le joueur le plus ancien du vestiaire désormais. Donc c’est certain que j’ai un statut différent, notamment dans le fait d’accompagner et de conseiller des jeunes comme Eliesse Ben Seghir, pour les aider à gérer les hauts et les bas dans les performances. À cet âge-là, c’est important d’avoir du recul sur le plan émotionnel. J’essaye de l’aider, de le soutenir quand il y a des moments plus difficiles. Cette ancienneté me donne plus de légitimité.

Mon rapport à la passe décisive ? Pour être honnête, je dois dire que j’aime davantage faire une passe décisive que marquer. J’ai envie d’offrir des buts à mes attaquants, et je crois que je ressens quelque chose d’encore plus fort que lorsque que je fais trembler les filets. C’est la raison pour laquelle j’aime tant ce geste. J’ai toujours aimé ça, c’est le geste technique dans lequel je m’épanouis le plus.

Aleksandr Golovin - Site officiel AS Monaco
Philippe Clement doit toujours faire sans Maripán et Vanderson (blessés) rejoints à l'infirmerie par Ben Seghir, Camara.
Okou est écarté, comme l'habituel Lucas.

À Troyes, Patrick Kisnorbo essaye de changer la mentalité de son équipe, qui est sur 5 défaites de rang, en demandant de l'intensité lors des entraînement.

Si l'intensité prend le dessus sur la technicité ? L’aspect technique est lié à la qualité d’un joueur. Cela n’a pas de rapport avec l’entraînement (collectif). Il faut avoir les deux (technique ET mentalité irréprochable) car quand on s’entraîne, on ne peut pas se concentrer sur une seule chose. Il faut tout travailler. Si un joueur fait de mauvais contrôles, ce n’est pas à cause de l’intensité – car dans un match, il y aura de l’intensité. C’est important d’être capable de gérer cette intensité, et ce même dans la vie quotidienne. La technique n’est pas travaillée à l’entraînement (collectif), c’est quelque chose d’individuel. Et on fait beaucoup de choses pour aider les joueurs à s’améliorer sur ce point.

L'absence de Mama Baldé ? C’est une bonne opportunité de voir un autre joueur. À Strasbourg nous n’avions pas Mama non plus, et le résultat a été bon donc j’ai confiance au joueur qui jouera.

Patrick Kisnorbo - Site officiel ES Troyes AC
Pour la réception de l'AS Monaco, le coach australien de l'ES Troyes AC doit se passer de ses deux attaquants Agoumé et Baldé, suspendus, et de Tardieu, blessé.
Mais il peut compter sur les retour de Yade (suspension), Palaversa, T. Baldé et Reine-Adélaïde (infirmerie), à nouveau disponibles.
Les deux derniers sont dans les 20 convoqués, comme Rony Lopes.

Présentation des équipes

Les faces à faces entre Monaco et Troyes

Le classement :

19ème avec 19 points 3ème avec 50 points

La forme du moment (5 derniers matches) :

0 victoire, 0 nul et 5 défaites.
3 buts marqués et 14 buts encaissés.
4 victoires, 0 nul et 1 défaite.
10 buts marqués et 7 buts encaissés.

Les absents :

Tardieu (blessé). Ben Seghir (malade), Camara (blessé - cheville), Lucas (choix), Maripán (blessé - genou), Vanderson (blessé - genou).

Les suspendus :

Agoumé, Baldé.

Les groupes retenus :

Lis, Gallon, T. Baldé, Bruus, Conté, Rami, Zoukrou, Palmer-Brown, Porozo, Salmier, Larouci, Chavalerin, Dongmo, Kouamé, Lopes, Reine-Adélaïde, Ripart, Tibidi, Odobert, Ugbo. Didillon, Liénard, Nübel, Aguilar, Caio, Disasi, Jakobs, Matsima, Sarr, Akliouche, Diatta, Diop, Fofana, Golovin, Magassa, Martins, Matazo, Minamino, Ben Yedder, Boadu, Embolo, Volland.
Partager sur :